Ameliorer l'isolation de sa maison

Ameliorer l'isolation de sa maison

Entreprendre des travaux de rénovation passe inévitablement par l’isolation de la maison. Priorité parmi les priorités, c’est la meilleure façon de réaliser des économies substantielles et d’améliorer le confort intérieur. Le point pour comprendre les avantages de ces travaux et la manière de procéder.

Etat des lieux : pourquoi isoler ?

isolation maison temperature avantages

Un gouffre financier

Véritable passoire, une maison non isolée peut s’avérer être un gouffre financier pour un confort de vie désastreux, notamment en hiver. C’est généralement pendant cette période que les désagréments provoqués par des murs dénués de barrière thermique se font ressentir. En effet, ces parois, en contact avec l’air extérieur, deviennent froides. Il en résulte une différence notable entre la température intérieure et la température ressentie (jusqu’à 3 °C de différence – Source ADEME). Dans ce cas, la tendance naturelle est à la surchauffe pour obtenir une température ambiante agréable. C’est sans compter sur la capacité qu’a la chaleur à s’échapper… Par le toit ! Le résultat est sans équivoque : la facture grimpe pour un confort limité.

Des risques de condensation

Parmi les déconvenues, il faut également souligner que l’absence d’isolation accroît les risques de condensation. La vapeur d’eau contenue dans l’air se transforme en fines gouttelettes lorsqu’elle entre en contact avec une paroi (plus) froide. Elle est la cause de nombreux symptômes, tels que le décollement du papier peint, l’apparition de moisissure, l’odeur nauséabonde, etc. Autant de conséquences qu’il ne faut pas minimiser, car elles amènent inéluctablement à la dégradation de la qualité de l’air intérieur dont les résultats sont nuisibles pour la santé.

Isolation, de nombreux avantages

Procéder à l’isolation de son logement est donc bénéfique à tout point de vue. Cela permet de réduire les déperditions thermiques pendant la période hivernale et de conserver un minimum de fraîcheur en été. En résultent un confort de vie inégalable et d’importantes économies de chauffage et, le cas échant, de climatisation.

Autre avantage, et non des moindres, isoler c’est agir pour l’environnement. En réduisant les consommations, les ressources énergétiques sont préservées et les émissions de gaz à effet de serre sont limitées.

Mais par où commencer ?

50 à 70% des pertes de chaleur d’un logement se font par son enveloppe, à raison de 25 à 30% pour le toit, 20 à 25% pour les murs et 10 à 15% pour les fenêtres (Source ADEME). Il convient alors de traiter ces trois points névralgiques pour obtenir de bons résultats. Mais rares sont les foyers qui peuvent se permettre d’entreprendre ces travaux en une seule fois. Il faut alors établir un plan d’action en commençant par l’opération la plus “rentable”.

Malgré les idées reçues, l’air chaud a une fâcheuse tendance à s’élever et à naturellement se loger sous le toit ! Isoler la toiture ou les combles perdus est donc une option à privilégier. S’ensuit le doublage des murs avec le changement des menuiseries extérieures.

Objectif qualité

Si le choix des matériaux reste assez simple aussi bien pour l’isolant (minéral, végétal, etc.) que pour les menuiseries (PVC, aluminium ou bois), leurs performances ne doivent pas être laissées au hasard. Elles sont traduites par des coefficients chiffrés qui doivent être connus de tous les particuliers prêts à sauter le pas :

  • Les performances d’un isolant sont exprimées par sa conductivité thermique (λ) et sa résistance thermique (R) :
    • Le coefficient de conductivité thermique exprime sa faculté à conduire la chaleur. Plus le λ est petit, plus le matériau est isolant.
    • La résistance thermique (R) exprime la résistance au flux de chaleur. Elle se mesure donc en fonction de l’épaisseur de l’isolant et de la conductivité de celui-ci. Plus le R est grand, plus le matériau est isolant.
  • Les performances des fenêtres sont exprimées par le coefficient de transmission thermique (U). Plus il est faible, meilleure est l’isolation.

Pour assurer aux clients finaux la fiabilité de leurs produits, certains fabricants font volontairement attester leur conformité en les faisant certifier par des organismes indépendants. C’est ainsi qu’un isolant estampillé Acermi donnera entière satisfaction autant qu’une fenêtre labellisée NF – Certifié CSTB Certified. Pour les primes énergie, un isolant doit afficher une résistance thermique ≥ 7 m2.K/W pour une pose en combles perdus et ≥ 6 m2.K/W pour une pose sous rampant. Elle monte à 3,7 m2.K/W en ce qui concerne les murs.

Quid des aides financières ?

Les travaux d’isolation s’inscrivent la plupart du temps dans une opération de rénovation de logement (isolation, électricité, plomberie, ventilation, doublage, peinture, etc.) qui induit des coûts importants. Pour pallier les problèmes de budget, les propriétaires peuvent se voir attribuer des aides financières telles que le crédit d’impôt pour la transition énergétique, l’éco-prêt à taux zéro, les aides de l’Anah ou encore les primes énergie proposées par les fournisseurs d’énergies et de carburants, à l’instar de E.Leclerc. A noter : pour les primes énergie, le logement doit être habitable depuis 2 ans au minimum.

 

 

Rédaction : Loick Farsy

PRIMES ENERGIES : CE QUI A CHANGE EN 2015

changements-primes-2015

< Voir l’article

COMMENT CHOISIR UN ISOLANT POUR LES COMBLES ?

vignette_article_comment_choisir_isolant_combles

Voir l’article >

À Retenir

 

Lancer des travaux d’isolation dans son habitation présente de nombreux avantages :
• un logement plus chaud l’hiver et moins chaud l’été
• la réduction de la consommation d’énergie et des gaz à effet de serre
• l’accès à des aides financières et des primes énergie.