Liste des articles
Illu cartes cadeaux

S'informer

Publié le 13/09/2021

Prime rénovation 2021 : quelles aides, quels travaux, comment en bénéficier ?

En 2021, l’Etat a mis en place un panel d’aides et primes à la rénovation pour accompagner les propriétaires dans leur transition écologique. Voyons lesquelles.

Prime rénovation énergétique : quelles sont les aides en 2021 ?

Cheval de bataille du Gouvernement, la rénovation énergétique du parc immobilier français constitue un des chantiers prioritaires dans sa politique de logement et de l’habitat. Si les enjeux environnementaux et économiques ne sont plus à débattre (70% de la consommation d’énergie d’un logement dépensée pour le chauffage/climatisation), les travaux de rénovation comme l’isolation, le chauffage, ou la ventilation sont une solution viable pour préserver l’environnement et son porte-monnaie mais qui restent coûteux. 

Pour aider les ménages à passer le cap de la rénovation énergétique pour leur logement, l’Etat a mis en place un panel d’aides pour les accompagner dans la transition écologique de leur habitation. Isolation des murs, changement de chaudière, installation d’un poêle à granules ou d’une pompe à chaleur, deviennent désormais plus accessibles grâce à l’obtention de primes comme la Prime énergie E.Leclerc. Alors de quelles aides et primes à la rénovation parle-t-on ? Qui sont les bénéficiaires des aides à la rénovation ? Quels travaux peuvent-être financés par ces dispositifs d’Etat ? Comment en bénéficier ?  

On vous explique tout. 

Primes rénovation : les aides en 2021 ?

Comme énoncé précédemment, plusieurs aides à la rénovation énergétique existent pour répondre à différents besoins d’éco-rénovation : 

  • MaPrimeRénov’ : en remplacement du crédit d’Impôt transition énergétique et de certaines aides de l’Agence nationale de l’Habitat (Anah) depuis le 01 janvier 2021. Cette aide s’adresse à l’ensemble des ménages, copropriétés et propriétaires bailleurs. Deux critères sont pris en compte pour déterminer le montant de l’aide : une condition de revenus et le bénéfice écologique des travaux. 
     
  • Aides des entreprises de fourniture d’énergie (CEE) : intégrées au dispositif des Certificats d’Economies d’Energie, les fournisseurs d’énergie mettent à la disposition des propriétaires des aides pour réaliser leurs travaux d’économies d’énergie. C’est, par exemple, le cas de la Prime énergie E.Leclerc qui propose une économie sur ses travaux pouvant aller jusqu’à 35%. Une condition : le professionnel en charge des travaux doit être reconnu garant de l’environnement (RGE). 
     
  • L'Éco-prêt à taux zéro : une solution de financement de travaux régit sous le principe d’un prêt au taux nul. L’avantage ici est donc d’éviter les avances de trésorerie liées au règlement des travaux de rénovation. Une aide qui s’adresse ici aux propriétaires occupant ou bailleur, ainsi qu’aux société civiles à conditions que ces dernières ne soient pas soumises à l’impôt sur les sociétés. Autre condition, le logement éligible aux travaux se doit d’être enregistré en tant que résidence principale (maison ou appartement) et donc la construction s’est achevée avant le 1er janvier 1990. 
     
  • L’Aide « Habiter mieux sérénité » de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) : aide qui est donc reversée par l’Anah. Plafonnée à 18 000 €, son montant est proportionnel au montant des travaux. Propriétaires occupants d’un logement individuel, propriétaires bailleurs et syndicats sont éligibles à cette aide. A noté que cette aide n’est pas cumulable avec les primes Energies. 

D’autres aides existent également, comme le chèque énergie pour payer les factures d’énergie du logement, la TVA à 5,5% pour les travaux de rénovation énergétique, ou l’exonération temporaire de la taxe foncière lorsque le ménage entame des travaux de rénovation énergétique. 

Qui peut bénéficier des primes à la rénovation énergétique ?

Les cas d’éligibilité primes pour les rénovations énergétiques sont assez souples. Les conditions communes sont d’être des personnes physiques le plus souvent et propriétaires. Bailleurs, copropriétaires, parfois même locataires (comme pour les primes CEE) peuvent aussi bénéficier du dispositif d’aides de l’Etat pour la rénovation. 

Bon à savoir, certaines aides comme MaPrimeRénov’ ou le chèque énergie, indexent leur montant sur le revenu fiscal de référence des demandeurs afin d’ouvrir l’accès aux rénovations aux ménages plus modestes. 

Les primes de rénovation énergétique sont-elles cumulables ?

Certaines aides peuvent s’additionner afin d’optimiser le coût des travaux d’amélioration de performance énergétique. La Prime énergie E.Leclerc, par exemple, se cumule avec MaPrimeRénov’, et l’éco PTZ. 

A noter toutefois que l’Aide « Habiter mieux sérénité » de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) n’est pas cumulable avec MaPrimeRénov’, il vous faudra donc choisir entre l’une ou l’autre en fonction de ce qui vous correspond le mieux. Les deux aides restent néanmoins cumulables avec la TVA à taux réduit, le chèque énergie, et peut être couplé avec l’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ). 

Que ce soit pour des raisons économiques, écologiques, ou que ce soit pour les deux, le contexte est aujourd’hui favorable pour qui veut initier des travaux de rénovation dans son logement. Pour en savoir plus sur la Prime énergie E.Leclerc, n’hésitez pas à consulter notre offre ! 

 

Encore une question ?